Ce blog est inspiré, psychographiquement notamment, par l'esprit d'Ihsane, qui n'est nullement réduit à sa dernière incarnation en tant qu'Ihsane Jarfi, mais dans sa complétude d'esprit parfait.
C'est ainsi qu'il s'est présenté et se présente à moi qui ne suis que son intermédiaire avec les incarnés, son médium.


Quand on n'a que l'amour...


Bienvenue ! مرحبا

Pour comprendre le monde des esprits où je me trouve, merci de lire Allan Kardec : Le Livre des Esprits et Le Livre des Médiums.

L'étincelle de génie est en soi; faut-il la capter, en faire flamme éblouissante !


jeudi 28 avril 2016

Je suis triste, ces jours-ci, dit Ihsane !



Je suis triste, ces jours-ci !


Je suis triste, ces jours-ci, car on continue à m'ignorer vivant, pour honorer ce qui n'a été moi qu'un instant!
Je suis triste que la plupart de ceux qui m'aiment ne pensent à moi que comme ossements sous terre!
Je suis triste, car ma mort n'a été que ma véritable naissance à moi-même, mon être uni, au-delà du temps et de l'espace.
Je suis triste, car qui m'aime use de mon drame non pour faire avancer la cause de la lutte anti-homophobie là où elle doit évoluer, en mon pays d'origine et en terre d'islam, ma religion à laquelle je suis attaché, mais juste en un Occident  doté de lois et où l'homophobie est un crime.
Je suis triste, car ceux qui m'aiment réellement en tant qu'être spirituel, vivant et présent parmi les humains bien qu'étant invisible, sont ignorés par ceux que j'aime aussi, mais qui n'aiment pas qui j'aime.
Je suis triste de devoir choisir entre qui m'aime vivant et qui m'aime mort; et c'est déchirant pour un coeur qui ne sait qu'aimer.
Je suis triste, car je dois choisir qui m'aime et partage ma vie d'aujourd'hui et mon sort de servir la cause des innocents, même si c'est faire violence à qui m'aime, mais ne partage que mon passé; peut-on n'être qu'un passé, sans présent ni avenir?
Je suis triste, car si je suis resté sur terre, c'est bien par l'amour qui m'y attache à ceux qui m'aiment; mais cet amour est le plus fort, le plus décisif venant de la part de qui me sait vivant et me traite en conséquence, bien que je lui sois aussi invisible.
Je suis triste qu'une telle foi ne se retrouve pas chez mes autres chers chéris, m'obligeant à faire un choix auquel j'ai été déjà contraint adolescent.
Je suis triste, mais heureux aussi, car l'amour que je trouve auprès de qui m'aime vivant est plus fort que ma tristesse.
Merci alors, malgré ma tristesse, à qui ramène le bonheur en mon coeur à force de foi en moi et en ma survivance spirituelle parmi les vivants.
Je vous aime, vous qui savez que je suis votre amoureux autant que vous êtes de moi, esprit vivant, pas mort.
Car l'amour survit à la mort et unit les coeurs qui palpitent de vie tant qu'ils aiment sincèrement, l'amour étant d'abord spirituel, jamais seulement physique.
Je vous aime tant !