Ce blog est inspiré, psychographiquement notamment, par l'esprit d'Ihsane, qui n'est nullement réduit à sa dernière incarnation en tant qu'Ihsane Jarfi, mais dans sa complétude d'esprit parfait.
C'est ainsi qu'il s'est présenté et se présente à moi qui ne suis que son intermédiaire avec les incarnés, son médium.


Quand on n'a que l'amour...


Bienvenue ! مرحبا

Pour comprendre le monde des esprits où je me trouve, merci de lire Allan Kardec : Le Livre des Esprits et Le Livre des Médiums.

L'étincelle de génie est en soi; faut-il la capter, en faire flamme éblouissante !


dimanche 8 février 2015

Pour l’amour d’Ihsane, odes pour Hassan




Ode première 
Ihsane, en arabe est l’obligeance, la bienfaisance, le bienfait et la charité. Hassan, c’est ce qui est beau, joli, bon, excellent. C’est aussi, métaphoriquement, l‘habileté, l’adresse et l’intelligence.
Voilà tant de qualités réunies par des liens encore plus forts que ceux de la filiation et de la paternité ; une prédestination providentielle à apporter en ce monde déshumanisé une touche éminente d’humanité.


Ihsane a trouvé son destin en y allant, acceptant le martyre, lui qui devait, en un Christ postmoderne, racheter les turpitudes des humains, être un rédempteur pour les monstres qui martyrisent les innocents pour des moeurs placées en eux par leur créateur.
Ihsane était gay, donc homosensuel, donc doté d’une sensibilité quintessenciée, d’un amour infini pour ses semblables, non seulement les garçons, mais tous les humains.
Il est donc monté le soir du drame dans la voiture grise, car elle devait être sa montée du Golgotha. 
Et Hassan, son père, qui voyait bien comment son fils, déjà enfant, se préparait à son martyre, dormant en position de croix, ne pouvait qu’accomplir lui aussi la volonté de la Providence. 
En soufi, vrai musulman, il a honoré la mémoire de son fils, lui offrant un tombeau plein d’amour, débordant d’humanité, son « Couloir du deuil.  
Et aujourd’hui, il milite pour la cause des minorités persécutées pour  leurs mœurs grâce à la fondation créée le jour de la naissance de son fils. Ainsi, un tel anniversaire fut celui d’une troisième naissance d’Ihsane, la seconde ayant été, par la mort, à sa vie d’esprit, la seule qui ne soit pas chimère.
Ode seconde 
En m’appliquant personnellement à être en pilotage providentiel, espérant mériter le pilotage providentiel, c’est Ihsane qui est venu à moi, l’esprit libéré, que je qualifie de mouvant, ayant besoin d’esprits incarnés que je qualifie d’inertiels pour faire interface utile avec lui entre le plan mouvant et le plan inertiel, l’au-delà et l’in-delà. 
Ajouter une légende
En effet, pour peu qu’il veille à être plus mouvant qu’inertiel, l’esprit incarné est le réceptacle par intuition de la volonté de l’esprit désincarné en l’absence de tout autre contact ou d’apparition, la syntonie émotionnelle des pensées s’y substituant, surtout quand elle est forcie et renforcée par la foi. Et on sait de savoir incorporé qu’il n’y a rien de tel que la foi pour déplacer les montagnes.
Ihsane fera tout pour que l’œuvre de son papa réussisse ; elle est moins pour honorer son esprit que pour célébrer le divin dans l’humain. 
Aujourd’hui, Hassan, papa modèle, est l’exemple à suivre par tous les parents du monde appelés à aimer leurs enfants tels qu’ils sont : gays, lesbiens, bisexuels, transsexuels, queer ou intersexe.
C’est l’amour qui doit être la loi des humains dans leurs rapports ; un ordre amoureux est à fonder dans le cadre d’une culture des sentiments, cet ordo amoris ou l’homo sapiens est d’abord homo eroticus.
C’est le cas déjà en islam soufi où l’érosensualité a été gommée par un intégrisme religieux faussant le message humanitaire de l’islam premier, le soufisme ayant réussi à le capter et le préserver pour le salut de l’humanité. Et c’est le moment de le démontrer. 
C’est un tel islam spirituel que la fondation Ihsane Jarfi fera vivre et prospérer; Ihsane y veille sur le plan céleste.
Ode tierce 
Il reste toutefois à Hassan de maximiser à fond le soutien d’Ihsane qui n’a connu et ne connaît que l’amour. Hassan Jarfi aura une autre épreuve à surmonter pour l’amour d’Ihsane : celle non seulement de pardonner aux meurtriers de son fils, mais aussi et surtout d’être capable de les aimer en tant qu’humains !


Ce sera dur, terrible même ; mais les êtres exceptionnels comme Ihsane le méritent et ceux non moins exceptionnels comme celui qui l’a mis au monde en seront également capables. Ce sera ainsi, au-delà de l’inspiration  providentielle, que Hassan Jarfi méritera amplement la guidance spirituelle.
Ce n’est pas l’auteur de ces lignes qui le dit, même s’il le croit et n’en doit point ; c’est Ihsane qui l’affirme, car ce message est de l’écriture automatique.
Ainsi en a-t-il été du titre qui ne devait être qu’une ode pour Ihsane, mais l’amour céleste en a voulu une ode pour Hassan.


Ihsane et Hassan ne sont-ils pas bien plus qu’un père et un fils qui s’aiment ? Un amour infini transcendant espace et temps entre deux âmes qui sont, avant d’être celles de mâles, père et fils, deux esprits de lumière. Bienheureux Hassan et Ihsane !

Publié le 8 février 2015 sur Spiritisme arabe