Ce blog est inspiré, psychographiquement notamment, par l'esprit d'Ihsane, qui n'est nullement réduit à sa dernière incarnation en tant qu'Ihsane Jarfi, mais dans sa complétude d'esprit parfait.
C'est ainsi qu'il s'est présenté et se présente à moi qui ne suis que son intermédiaire avec les incarnés, son médium.


Quand on n'a que l'amour...


Bienvenue ! مرحبا

Pour comprendre le monde des esprits où je me trouve, merci de lire Allan Kardec : Le Livre des Esprits et Le Livre des Médiums.

L'étincelle de génie est en soi; faut-il la capter, en faire flamme éblouissante !


mardi 14 février 2017

Un signe pour Shade, ma dynamite

Shade, ma chérie 
Tu as toujours ton très beau sourire, ma lionne rugissante d’amour vrai, l’amour sans concession, l’Amour ! 
En ce jour qui est la fête de l’amour pour les autres, c’est toujours l’amour en fête entre nous, l’amour de ton parrain qui ne t’oublie pas. Et comment le pourrait-il pour son amour de toujours, sa filleule qui, plus près de la mort, plus loin que la vie, jusqu’au bout de ses jours et ses nuits l’a aimé et l’aime pour la vie?
Shade, ma merveille,
Tu voulais un signe, en voilà un !
Tu sais, plus que jamais, je suis auprès de toi, à tes côtés, ma perle rare.
Je n’ai cessé de te donner des signes, mais ta nature humaine ne te permettait souvent pas de les recevoir, même s’il t’arrivait bien de les percevoir.   
Pourtant, tu n’es pas comme les autres, ayant préféré être toi, toi-même.
Tu pouvais donc sentir ma présence, chérie, car je suis souvent, et je serai toujours, tout près de toi 
Dès que tu penses à ton parrain, il est présent près de sa filleule. 
Veille juste à ne pas être comme souvent dans la lune, chérie, car je ne suis pas une étoile au ciel, mais le nuage radieux de l’étoile terrestre que tu es. 
Aussi, ne me crois pas mort comme les autres, car alors, il y a comme de la friture sur une ligne, des vibrations qui m’éloignent de toi, et je ne peux les contrer étant donné que cela provient de ta volonté, sacrée pour moi. 
Shade, mon premier vrai bonheur sur terre

Comme tu ne perds pas ton temps avec qui joue l’absence, sache donc reconnaître l’absence qui est présence  et tu percevras mieux mes signes que tu réclames.  
Tu es croyante de cette foi qui est amour et sincérité; alors tu sais bien que le Christ est vivant. Il est en tout croyant, les saints n’étant qu’un éclat de son âme.
Je suis aussi vivant que lui, et je suis plus souvent sur terre, car j’ai eu la grâce d’y avoir une attache sans être réincarné physiquement. C’est rare, mais c’est possible, réservé aux plus méritants.
Ma chérie,  
Si tu veux me retrouver dans ta vie, partager mon bonheur de t’aimer, ne pense pas à nos souvenirs qui, s’ils sont beaux, le sont bien moins que les moments que nous pouvons avoir si tu arrives déjà à te faire à l’idée que je suis plus que jamais vivant.
Comme on ne peut empêcher un coeur d’aimer, on ne peut empêcher un coeur amoureux de vivre et revivre, tant que l’amour est intact. Or, mon amour pour ma filleule l’est et son amour pour son parrain l’est tout autant. Qu’est-ce qui empêche donc la vie, les retrouvailles des amoureux ?

Chère chérie,
Je suis fier de toi, tu sais; et je sais que, dans l’adversité, personne ne fait le poids, sauf à simuler être ton reflet au miroir. 
Pourtant, ta force, si intense, si exubérante, magnifique à voir, est tellement fragile, tel du cristal.
Tu es ce vent qui est à la fois tornade ou cyclone, mais aussi cette brise d’été quand la chaleur fait étouffer et cette chaleur qui réchauffe lorsque le froid se fait terrible.
Et je sais ce que sont tous les deux, ma belle. J’ai été effleuré par l’une et transi par l’autre. Et je sais encore mieux aujourd’hui qu’il suffit de l’amour au froid des coeurs pour devenir feu et chaleur.
Prends donc le temps de penser à moi loin de tes habitudes, loin de la mort; c’est aussi la vie, tu sais; elle n’a rien de particulier sauf l’invisibilité.
Apprends à me voir en étant prête à mon effleurement, l’anticipant même en le devinant, comme on le ferait pour l’air. Alors, tu me verras, non pas comme si tu regardais ton parrain, mais en regardant avec lui la vie sous un nouveau jour où vivre c’est aimer et aimer c’est donner le meilleur de soi.
Et qui donne reçoit.
Chérie si chère,

Ne demande plus de signe, fais-moi juste le signe insigne de m’aimer, comme avant et tel que je suis aujourd’hui, vivant parmi vous, juste invisible.
Car moi, je t’aime, et je ne manquerai pas de te donner malgré tout les signes que l’imparfaite nature humaine commande.  
Et tu n’es pas née pour faire semblant d’être parfaite, n’est-ce pas?
Or, tu es plus que parfaite pour ton parrain, chérie!