Ce blog est inspiré, psychographiquement notamment, par l'esprit d'Ihsane, qui n'est nullement réduit à sa dernière incarnation en tant qu'Ihsane Jarfi, mais dans sa complétude d'esprit parfait.
C'est ainsi qu'il s'est présenté et se présente à moi qui ne suis que son intermédiaire avec les incarnés, son médium.


Quand on n'a que l'amour...


Bienvenue ! مرحبا

Pour comprendre le monde des esprits où je me trouve, merci de lire Allan Kardec : Le Livre des Esprits et Le Livre des Médiums.

L'étincelle de génie est en soi; faut-il la capter, en faire flamme éblouissante !


samedi 29 avril 2017

Colère céleste (suite)

Je l’ai déjà dit, la colère céleste n’est pas similaire à celle des humains, ou alors elle est celle du papa ou de la maman après l’enfant chéri.
C’est ainsi que j’ai perçu la colère d’Ihsane; bien plus amour contrarié qu’autre chose; ce qui se traduit chez lui par ce que je ne manque pas de sentir comme un gros souci.
Ihsane, quand il est en colère, est moins expansif que d’habitude, retenant son bonheur qui est de plus en plus évident ces derniers jours.
Voilà pourquoi il me chagrine de ne pas le sentir tout le temps heureux; or, il le mérite amplement. 
C’est qu’il n’est qu’amour et il reçoit pas mal de manifestations amoureuses sur terre, une énergie suffisante pour l’y retenir. Pourquoi donc, parmi ses plus proches, il en est qui le chagrinent de la sorte ?



Voici, ce soir, un billet rappelant ce que fut son drame, le prix chèrement payé pour son bonheur actuel, avec un salut amical aux ami-e-s de Contrepoints



Le Maroc honorera-t-il Ihsane Jarfi, martyr d'islamohomophobie ?

 Publié sur Contrepoints

Le 17 mai prochain, le Maroc osera-t-il célébrer la journée mondiale de lutte contre l'homophobie en rendant hommage à un jeune belgo-marocain victime d'homophobie et d'islamophobie ?
  
Le 22 avril 2017 est le cinquième anniversaire du martyre d'Ihsane Jarfi, jeune belgo-marocain de 32 ans assassiné, en 2012, à Liège, en Belgique, par un quarteron de sauvages pour son homosensualité (mon terme mon homosexualité) et sa foi musulmane scrupuleusement honorée.
Ce drame a ému tous les justes en Belgique, en Europe et même au Maroc. Alors, les autorités du royaume et les militants anti-homophobie oseront-ils honorer, cette année, ce martyr et lui rendre enfin l'hommage qu'il mérite?
Cela se ferait par la célébration de la journée mondiale de lutte contre l'homophobie, le 17 mai prochain, en abolissant l'article colonial qu'est le 489 du Code pénal. En effet, cet article est contraire à l'islam bien compris en plus du droit positif.

L'islam est justice, il n'est pas homophobe !

Nombre de livres et d'articles ont été publiés depuis le drame du jeune homme démontrant que cet article viole l'islam et ne l'honore pas. C'est Daech et les régimes de dictature qui sont les seuls désormais à prétendre que l'islam est homophobe.
Au Maroc, d'ailleurs, mais aussi en France et ailleurs, ont été édités et sont vendus des livres scientifiques apportant la preuve irréfutable que l'islam n'a jamais été homophobe. C'est que l'islam qui se définit comme étant une justice absolue ne peut être injuste à l'égard de ce type de sexe parfaitement naturel. Ainsi, l'Organisation mondiale de la Santé l'a rayé de sa liste des maladies et la science admet que le sexe le plus répandu dans la nature est bisexuel.
C'est, au demeurant, exactement le type de sexualité chez les Arabes et les Amazighs, conforme en cela au sexe ancien avant que la tradition judéo-chrétienne, à la faveur de l'impérialisme occidental, ne vienne l'imposer par des lois qui n'existaient pas en terre d'islam.
En matière de sexe, l'islam est libertaire et c'est ce qu'illustre l'islam populaire, islam soufi dont relève d'ailleurs le père du jeune Ihsane Jarfi qui a admis la nature placée par Dieu en son fils et l'a toujours défendu durant sa vie. Et il l'a continué après son assassinant en lui dédiant un livre d'hommage et une fondation portant son nom.
Rappelons-le donc encore une fois : dans le Coran, il n'existe pas de prescription prohibant l'homosexualité, mais juste le récit des gens de Loth qui rappelle l'interdiction qui existait dans la Bible et qui est devenue obsolète. Car il a été démontré depuis que les gens de Loth ont été punis pour avoir été des brigands, ce qui concernait tout le peuple, et non pour les mœurs de certains parmi eux; ce qui ne pouvait impliquer tout un peuple, sinon il n'aurait pas constitué un peuple.
De plus, Dieu est juste et ne pouvait punir tout un peuple pour ce que faisaient certains parmi eux. S'il est question d'homosexualité de tout le peuple dans le Coran, c'est juste une forme de style bien connue en arabe, langue du Coran, qui étend ce qui est le propre des uns à tout le monde pour une critique plus dure. Or, l'homosexualité en ce temps était partout considérée comme une turpitude.
 
Le Maroc abolira-t-il, le 17 mai, l'homophobie ?

C'est dire qu'il n'existe plus de raison de maintenir en vigueur la honteuse survivance coloniale qu'est l'article 489 du Code pénal. La figure d'Ihsane Jarfi est même de nature à servir d'argument auprès des masses dont un grand nombre a été ému par son martyre.
Voici un jeune gay pieux, accepté par sa famille, qui honore l'islam et est estimé comme étant un parfait fils, un modèle de musulman. De plus, le message qu'il a transmis aux humains pourrait bien faire taire ceux qui prétendent que l'islam est homophobe. Car il constitue un commandement du ciel contre cette injustice. Or, en islam, on croit bien à la survivance de l'âme et les Marocains, fervents croyants, ne peuvent être insensibles à un message du ciel.
Il serait temps que les militants maghrébins et surtout marocains arrêtent de n'user que d'arguments à l'occidentale, n'ayant aucune prise sur les masses. Leur refus d'évoquer le vrai statut des gays en islam est la seule façon d'obtenir l'abolition de l'homophobie, car les constitutions au Maghreb font référence à l'islam en tant que religion d'État. Aussi faut-il commencer par prouver que l'homophobie viole l'islam pour obtenir son abolition. Or cela a été fait. Qu'attendre donc pour user de cet argumentaire efficace ?
Déjà, en Tunisie, d'après des indiscrétions diplomatiques, le parti islamiste s'est engagé en la personne de son chef auprès de ses amis américains à abolir l'article 230, pendant tunisien de l'article 489 marocain, si un projet de loi ne faisant pas abstraction de l'islam arrivait au parlement. Il est vrai que les militants anti-homophobie se refusent encore à reprendre le texte qui leur a été proposé, préférant écouter les infiltrés islamistes dans leurs rangs qui les en dissuadent.
On leur fait  croire que la cour constitutionnelle abolira assurément l'homophobie et qu'il suffit d'attendre un peu. Ce qui est le machiavélique piège intégriste pour enterrer la cause sans en assumer la responsabilité. Car la Cour constitutionnelle n'a que le devoir d'examiner l'homophobie au vu des dispositions de la constitution; or, celles-ci réfèrent à l'islam et au respect de ses valeurs.
La question que se posera la cour est de savoir si l'islam est homophobe. Bien évidemment, comme elle sera contrôlée par des islamistes et leurs complices homophobes, son verdict sera forcément que l'article homophobe est conforme à l'islam.
Pour que ce piège ne se referme pas sur les militants sincères, ils ne doivent plus hésiter à démontrer dès aujourd'hui que l'islam n'est pas homophobe et donc exiger l'abolition de cette violation de la religion qu'est l'homophobie au nom des valeurs du pays et ses traditions.
Les militants marocains seraient-ils précurseurs en la matière ? Ils ont tous les arguments pour le faire afin de sortir le royaume de l'abjection de l'homophobie à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie.
Pour cela, il leur suffit de proposer aux médias et de défendre auprès des députés ce projet qui porte symboliquement le nom du martyr de la cause islamohomophobe Ihsane Jarfi. Ils serviront ainsi leur cause tout en rendant justice à un martyr et à la foi qu'il a honorée bien qu'il était gay. Pour un islam enfin libéré de l'homophobie.

PROJET DE LOI

IHSANE JARFI
Abolition de l'homophobie au Maroc
          Attendu que l’homophobie est contraire aux droits de l'Homme et au vivre-ensemble     paisible, à la base de la démocratie,         Attendu que l’orientation sexuelle relève de la vie privée que respectent et l’État de droit marocain et l’islam,         Attendu que l’article 489 du Code pénal viole la religion musulmane qui n’est pas  homophobe étant respectueuse de la vie privée de ses fidèles qu’elle protège ;         La Chambre des Représentants décide :
Article unique
          La vie privée étant respectée et protégée au Royaume du Maroc, l’article 489 est aboli.
 
1

2


3


Texte d'origine publié sur